En 2016, Nyepi aura lieu le 09 mars.

Nyepi commence à faire sentir son approche environ un mois avant la date fatidique, les rues se peuplent alors de monstres en papier mâché en cours de fabrication : les Ogoh Ogoh. Une fois terminés ils serviront à effrayer et à repousser les mauvais esprits qui tentent d’envahir la terre à l’occasion de chaque nouvelle année.

Quelques jours avant Nyepi les cérémonies religieuses, déjà extrêmement nombreuses à Bali, se multiplient, notamment sur les plages à l’occasion de Melasti. L’île commence à tourner au ralentie et l’attente devient presque palpable. Dès le lever du jour les enfants font exploser des pétards de plus en plus bruyants, ils entendent effrayer les mauvais esprits avant même leur venue. Mais rien n’y fera et la veille du Nyepi, au coucher du soleil, les esprits malins descendent sur la terre dans l’agitation générale.

Les Ogoh Ogoh sont alors portés à bras d’hommes, le long des rues, en effectuant plusieurs tours sur eux‐même à chaque croisement afin de perdre les génies du mal. De nombreuses torches sont allumées et les pétards explosent de plus belle. Après deux ou trois heures intenses les balinais vaincront leurs assaillants immatériels qui remonteront alors doucement vers le ciel. A partir de minuit, et c’est en ça que ce jour de Nyepi est unique au monde, la terre doit apparaître vidée de tous ses êtres humains aux mauvais esprits qui viennent d’être défaits, afin qu’ils ne soit plus tentés de revenir. C’est ainsi que durant les 24 heures que durent Nyepi, l’île reste comme morte au reste du monde : interdiction de sortir de chez soi, d’y allumer la moindre lumière ou de regarder la télévision, le tourisme s’arrête complètement (interdiction de sortir de l’hôtel) ainsi que toutes les autres activités humaines, même l’aéroport est fermé…

Incroyablement anachronique et unique au monde, on vous l’avait bien dit !! Mais Bali est comme cela, le respect de ses traditions séculaires passera toujours en priorité, c’est pourquoi cette île est et restera magique.